« Homeland » sur la chaîne Showtime

Homeland

Homeland

Avant propos :
Série créée par Howard Gordon et Alex Gansa, reprenant la trame de la série israélienne Hatufim. Diffusée sur Showtime depuis 2011, elle réalise des cartons d’audience (2 millions de téléspectateurs pour la 3ème saison) et jouit d’une excellente critique de par le monde. En France, plusieurs chaînes l’ont diffusée dont Canal + et D8.

Etat de la série :
3 saisons (12 épisodes chacune) ont déjà été diffusées et évidemment une 4ème saison est prévue pour la rentrée prochaine.

Le pitch / l’univers :
Après avoir passé 10 ans dans une prison Irakienne, un soldat américain est miraculeusement retrouvé par un bataillon lors d’une opération militaire. Evidemment déboussolé, Nicholas Brody essaye de retrouver une vie normale auprès des siens, tout en étant suivi de près par la CIA …

Acteurs :

Critiques / Impressions :
Auréolée de nombreuses récompenses (tant pour les acteurs que pour la production), il est interdit aux sériephiles de louper cette série ! Le thème du « retour au pays » fut certes repris en long et en large mais les créateurs ont brillamment réussi à renouveler le genre en insufflant un suspens et une tension rarement vu pour une série.
Pour ne pas trop en dire, après le retour aux Etats-Unis du soldat Nicholas Brody, la CIA, et particulièrement l’agent Carrie Mathison, commence à douter de son intégrité : des informations troublantes pourraient confirmer son retournement au profit des extrémistes qui l’ont enfermé. C’est donc dans ce climat de suspicion que se joue la saison 1, saison qui est pour moi des plus réussies. On est tenu en haleine durant les 12 épisodes ne sachant plus qui croire, qui observer … De plus les cliffhangers des 3 saisons sont magistralement écrits et ne nous donnent qu’une envie : regarder la saison suivante. Malgré un très léger essoufflement dans la dernière saison, la série reste une des meilleures actuelles.
Et que dire de la prestation sublime des deux acteurs principaux : Claire Danes dans son rôle d’agent de la CIA aux troubles bipolaires, obnubilée par la quête de la vérité et Damian Lewis, G.I, en quête de sa vérité…

Bref si vous ne l’avez pas encore compris : procurez-vous au plus vite cette série !

Bande annonce :

Publicités

« Orange is the new black » sur Netflix

Orange is the new black

Orange is the new black

Avant propos :
Encore une série diffusée sur Netflix (qui arrive bientôt en France) et encore une très bonne série créée par Jenji Kohan (« Weeds » de 2005 à 2012).  Il se base sur le livre éponyme de Piper Kerman relatant sa propre vie.

Etat de la série :
Une saison riche de 13 épisodes s’est terminée fin 2013 et au vu du succès de la série, une deuxième saison est prévue pour juin 2014.

Le pitch / l’univers :
Piper Chapman et Larry Bloom voient la vie en rose. Ils s’apprêtent à se marier après plusieurs années de vie commune. Mais un événement va bouleverser leur plan si bien préparé. En effet Piper a connu une jeunesse mouvementée et transportait régulièrement de la drogue pour le compte de sa petite amie. C’est ce passé qui la rattrape aujourd’hui et elle est condamnée à une lourde peine de prison. On suit donc les galères de ce couple, elle en prison, lui à l’extérieur essayant de la soutenir durant cette période difficile.

Acteurs :

Critiques / Impressions :
Les séries pénitencières ne sont pas légions et c’est ce côté original qui m’a attiré en premier lieu. Les premiers instants de la série nous incitent à aimer les deux protagonistes en tant que couple, pour mieux nous les arracher, nous les séparer pour qu’on puisse sentir la frustration et le désarroi qu’ils subissent. Le créateur réussit le tour de force de nous plonger en même temps que Piper dans cet univers carcéral (notamment grâce à la première scène « d’humiliation » subie par « Chap »), qui nous est peu familier. Le tout penche très clairement du côté du Drama avec des petites notes d’humour et d’ironie qui permet à cette production de ne pas tomber dans le larmoyant. Grâce à cette série on comprend très vite qu’il est très difficile de s’acclimater à la vie pénitencière, les obstacles pour Piper étant nombreux et parfois pouvant sembler insignifiants. Car oui on suit la vie au quotidien de cette prisonnière, ses galères avec les détenues, les gardiens, son fiancé, son ex petite amie qui la rejoint dans la prison … Ce n’est certes, pas une série spectaculaire, mais on s’attache très vite aux personnages et les 40 minutes passent très vite. L’actrice est très convaincante dans son rôle et les personnages secondaires sont, certes un peu caricaturaux, mais cela nous permet de vivre des scènes de forte intensité.
Si le côté huis-clos ne vous rebute pas, elle est faite pour vous !

Bande annonce :
)

« Shameless » sur la chaîne Showtime

Shameless

Shameless

Avant-propos :
Shameless est une série TV américaine adaptée de la série britannique éponyme. Son créateur, Paul Abbott, s’est inspirée de sa propre vie pour l’élaborer.
Elle est actuellement diffusée aux Etats-Unis sur Showtime et réalise de très bonnes audiences (1.7 millions pour la dernière saison).

Etat de la série :
La 4ème saison est en cours de diffusion aux Etats-Unis et une 5ème saison est d’ores et déjà prévue pour 2015.
Par ailleurs Canal + détient les droits en France et a déjà diffusé les trois 1ères saisons.

Le pitch / l’univers :
Cette série retrace le quotidien tumultueux de la famille Gallagher, famille pour le moins « atypique » qui vit dans un quartier industriel et résidentiel de Chicago. En effet, Frank, le père, est un homme irresponsable qui passe son temps à boire et à multiplier les combines afin de se faire de l’argent facile sans se fatiguer (parmi ses plus beaux faits d’armes on soulignera par exemple le fait qu’il profite de la pension d’invalidité d’une vieille tante décédée depuis 15 ans). A côté de cela, sa fille aînée, Fiona, doit donc gérer seule le foyer composé de 5 enfants mais est cependant bien aidée par un couple d’amis, Kevin et Veronica. Ce sont les péripéties de cette tribu haute en couleurs que la série nous propose de suivre, un quotidien rythmé, entre système D, alcool, sexe, délinquance et conditions de vie souvent « rock n roll » d’une famille populaire américaine.

Les acteurs :


Critiques / Impressions :
Cette série est tout simplement l’un de mes gros coups de cœur télévisuels de ces dernières années, dès les premiers épisodes on entre tout de suite dans le joyeux taudis des Gallagher pour ne plus avoir envie d’en sortir. En effet, on s’attache très vite aux personnages qui ont chacun une personnalité bien affirmée : Fiona, qui se décarcasse sans cesse pour ses frères et sœurs au point de mettre parfois entre parenthèses sa vie de jeune femme, Lip un adolescent brillant n’exploitant pas assez son potentiel, Ian militaire engagé volontairement qui appréhende de révéler son homosexualité, Carl gamin perturbé, amateur de violence et de bêtises en tout genre ou encore Debbie, jeune fille toujours le cœur sur la main mais en manque de reconnaissance. On rit beaucoup face aux situations improbables auxquelles doit faire face chaque Gallagher et qui s’entremêlent au fil des épisodes mais l’on est aussi touché par les histoires d’amour compliquées que vivent certains personnages voire même ému quand l’un ou l’autre craque, dépassé par les évènements. Bref, cette série ne laisse pas indifférent et remplit très bien sa fonction première à savoir passer un bon moment avant tout.

Bande annonce :